Compte rendu du samedi militant du 13 mars 2021 à Caen

Ce samedi 13 mars 2021, quatre manifestations et rassemblements étaient appelés : un rassemblement en soutien à la Palestine devant le Monoprix, un rassemblement contre le port du masque place du Théâtre, un rassemblement pour le droit des femmes devant la bibliothèque Tocqueville et, enfin, une manifestation contre la loi sécurité globale dont le départ était fixé place de la République. Nous ne parlerons que des deux derniers car nous n’étions présent·e·s qu’à ces deux-là.


Rassemblement féministe

Malgré les nombreuses averses (dont notamment de la grêle), ce sont environ  200 personnes qui se sont réunies devant la bibliothèque Tocqueville à 14h. Au micro, dont les interventions étaient libres, des chansons, des prises de paroles, des poèmes pour exprimer le ras le bol de la masculinité toxique, du masculinisme et du patriarcat. Le chant des femmes a été entonné non sans réponse par certain·e·s qui ont rappelé, à bon escient, que ce chant était raciste et antisémite, de part la reprise d’un air hébreu et de certaines de ces paroles.


Contre la loi sécurité globale

Environ 200 personnes s’étaient réunies place de la République pour partir en manifestation contre la loi sécurité globale. Tout aurait pu bien se passer si les flics et, en particulier un commissaire divisionnaire, n’avaient pas décidé de faire des siennes.

Si le maintien de l’ordre est, depuis la nomination du nouveau préfet Philippe Court, assez distante à Caen (en tous cas en manifestations, on ne peut pas en dire autant pour les squats et le harcèlement des exilé·e·s), cet individu est venu provoquer la manif à plusieurs reprises dans sa Skoda grise. Plusieurs fois, il s’est retrouvé au niveau de la tête de cortège. 

Une fois devant la préfecture, descendu de sa voiture, ce dernier s’est même aventuré au delà de son cordon de flics pour jouer les gros bras et attraper des gens pour les interpeller (avant finalement de les relâcher). On passe sur le cas du gendarme qui, sans RIO s’est permis de faire un doigt d’honneur à un manifestant lui rappelant que le port du matricule était obligatoire.

Les manifestant·e·s, bien qu’en colère, ont gardé leur calme face à ces saletés de flics et ont fini par se disperser face à la pression policière démesurée. Que le commissaire ne fasse pas le malin à chaque fois car les personnes présentes ont bien retenu son visage (et celui des RG dont le manque de discrétion devient presque comique), on a déjà eu à affronter Papineau et le préfet Fiscus, c’est pas lui qui va nous faire peur…


Des infos qui ont tourné pendant la manif :

Mardi 11h : AG des étudiant·e·s à la fac

Mardi 14h : Manifestation à la fac, départ du Phénix

Les mercredis de 15h à 17h30, à LABA, au 83 rue de Geôle à Caen, collecte de dons (alimentaires, produits hygiéniques, produits pour bébé, câbles et chargeurs de portable, tentes et couvertures, poêle et casseroles, four à micro-onde, plaques à induction…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *