Podcast: L’entraide dans les quartiers populaires de Marseille pendant le premier confinement 

L’été dernier (cette période fantastique où les bars étaient encore ouverts), nous avons eu la chance de rencontrer une personne qui s’est pleinement impliquée pour répondre à l’ampleur de la précarité s’intensifiant à Marseille à la suite de l’annonce et de la mise en place du premier confinement.
Nous avons pu enregistrer cette rencontre qui donne un témoignage de ces moments où tout s’est arrêté et où la ville et l’État ont fait la sourde oreille à des problèmes auxquels ils répondaient insuffisamment mais partiellement en général.

Déresponsabilisation ? Manque d’efficacité et d’adaptation des organisations bureaucratiques ? Entreprise de précarisation délibérée ? Impossible de le savoir, mais il semble que les initiatives populaires, solidaires et spontanées se sont trouvées beaucoup plus efficaces pour affronter ce moment d’arrêt total là où les organisations publiques assistantielles ont vraisemblablement subi un coma soudain et où les grandes associations humanitaires n’ont pas pu s’adapter et être partout à la fois.
Les initiatives solidaires ont été nombreuses dans cette ville (vous avez sans doute entendu parler de « L’après M ») car elles répondaient à des problèmes matériels soudains et aussi parce que les valeurs de solidarité et le courage des personnes qui les ont mises en œuvre se sont fait écho d’une situation problématique qui appelait à de telles réponses. Elles se sont également articulées entre les différents quartiers et initiatives et sont des preuves que d’autres formes de travails, de solidarités et d’organisations sont possibles et sans cesse empêchées et écrasées par la machine capitaliste et l’État qui la protège et la met en œuvre. Nous avons beaucoup à apprendre avec cette discussion pour arrêter de penser le politique et l’économique par le haut et d’abord comprendre ce qui existe déjà, dans les brèches de l’Empire, pour revendiquer non des politiques d’État qui nous dépossèdent de nos propres capacités à régler nos problèmes mais pour forcer l’État à arrêter d’étouffer ces politiques et économies populaires qui existent déjà et à lutter contre les discriminations qui les fragilisent.

Cette rencontre a été organisée par le collectif CEP (Caen Entraide Populaire) dont la raison d’être fait écho avec les initiatives marseillaises. C’est en effet suite à l’annonce du premier confinement que ce collectif a commencé à organiser des récoltes alimentaires pour répondre ici et maintenant aux problèmes de précarité dans les squats caennais par exemple.
Si vous voulez suivre les activités de CEP voici leur page facebook : https://www.facebook.com/CaenEntraidePopulaire

Le podcast dure plus d’une heure, on vous incite fortement à y revenir si vous n’avez pas le temps d’écouter tout d’un coup :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *