Loi sécurité globale : le préfet fait son téléthon

Fin de manifestation, les flics rangent leur matériel devant la mairie éclairée avec le numéro du téléthon. Quelle performance !

Iels était environ un millier à avoir répondu présent·e·s à l’appel pour la manifestation contre la loi sécurité globale qui avait fusionné avec la mobilisation annuelle contre le chômage et la précarité.

Alors que le cortège ne s’était pas encore mis en route, un petit groupe de militants fascistes d’une quinzaine d’individus est venu provoquer la foule, cette dernière a répondu immédiatement pour les envoyer jouer plus loin, loin de nos manifs. Face à quelques injonctions à partir et quelques lancers d’oeufs de peinture, de canettes de bières et de pétards, nos petits fascistes en herbe ont dû se résoudre à fuir, escortés en douceur par la BAC qui était positionnée à côté d’eux depuis le début (qui se ressemble s’assemble).

Le cortège fut festif, carnavalesque. On peut certes regretter la faible participation comparée à la manifestation de la semaine dernière. A cause d’un manque de motivation dû au froid et la pluie ? Peut-être… A cause du traumatisme d’un gazage abusif rue écuyère la semaine dernière sur des personnes qui vivaient pour beaucoup une de leurs premières manifestations… C’est possible.

Quoiqu’il en soit, pour les présent·e·s, la motivation était au rendez-vous. Slogans, pétards, œufs de peinture, feux d’artifice, tout était réuni pour une manifestation joyeuse.

Des gendarmes mobiles cachés dans la fumée d’un fumigène

Il y aurait même eu un cocktail molotov d’après la préfecture, dommage toutefois que tout le monde n’ai pu l’admirer, s’étouffant dans les gaz des pandores.

Y a du brouillard…

Car s’il y a bien eu un tour de force, c’est du côté policier cette fois. En cette période de Téléthon, où les performances s’enchainent, le préfet Philippe Court avait décidé de faire le spectacle en mobilisant en masse ses clowns casqués. 1 compagnie de CRS (composée d’environ 90 policier·e·s), 1 compagnie de Gendarmes Mobiles (composée d’environ 90 militaires), au moins 2-3 équipages de BAC, la CSI et les RG plus ou moins discrets, c’est environ 250 cognes qui ont paradé tout autour du centre-ville cet après-midi. La détermination du cortège n’aura rien pu faire face à cette armée de flics et les « petit·e·s commerçant·e·s » du centre-ville auront pu faire un beau chiffre d’affaire !

La CSI ici en photo était soutenue par une compagnie de CRS, une compagnie de gendarmes mobiles et la BAC

La fin de manifestation a été marquée par deux arrestations d’après les informations que nous avons reçues (information qui n’a pas été partagée par la préfecture donc incertaine), courage à nos camarades interpellé·e·s, en espérant qu’il y en ait le moins possible. Nous pensons fort à elleux, à samedi prochain car tant que ce projet de loi liberticide ne sera pas retiré dans son intégralité, nous défilerons au rythme des pétards et des chansons. Rendez-vous samedi prochain, 14h30 boulevard du Maréchal Leclerc, en face de Monoprix. On compte sur vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *