Pourquoi (je dis que) je déteste les hommes ? – pour un féminisme misandre

Salut Jonathan ! (tu permets que je t’appelle Jonathan hein, ce sera mieux que random cismec) (si tu ne comprends pas le mot random cismec je te renvoie à l’instant définition en bas de la page) 

Je t’écris aujourd’hui parce qu’il faut qu’on parle Jonathan. Tu t’es toujours dit féministe. Tu t’es toujours considéré comme respectant les femmes : c’est vrai, tu n’as jamais forcé ta copine à faire quoi que ce soit, tu n’as jamais envoyé de photos de ta teub à une meuf sans demander, tu aides à faire à manger à la maison… Les inégalités salariales et les violences sexuelles te choquent. 

Et pourtant Jonathan, l’autre jour, tu t’es senti blessé, choqué, et tu t’es insurgé parce que j’ai dit que je détestais les hommes et que c’était ça le féminisme. Tu m’as répondu que ça n’avait rien à voir avec le féminisme, que c’était de la misandrie, tu m’as même sorti une capture d’écran de la définition du féminisme (vouloir l’égalité entre les genres). La discussion est devenue pire encore quand je t’ai dit que ce n’était pas à toi de m’expliquer le féminisme, que tu n’étais pas légitime pour me dire comment mener ma lutte (la mienne et celle de toute les personnes qui ne sont pas des hommes cis). 

Mais pourquoi je dis tout ça Jonathan ? Pourquoi je déteste les hommes ? Pourquoi je dis que tu n’es pas légitime ? Pour de vrai, je vais essayer de t’expliquer.  

Je t’aime bien Jonathan, tu peux être un très bon ami, un bon frère, un bon employé, un cordonnier de talent ou un orthodontiste compétent ; tu peux être drôle, gentil, intéressant. Mais toi et moi, nous ne vivons pas seul.es dans la forêt. Nous vivons dans une société patriarcale. (patriarcat = forme d’organisation sociale dans laquelle l’homme exerce le pouvoir dans le domaine politique, économique, religieux, ou détient le rôle dominant au sein de la famille, par rapport à la femme) (moi aussi j’aime bien les définitions). Ce n’est pas toi en tant qu’individu mais ta position dans la société que je déteste. 

En plus, comme tous les hommes cis, tu as des comportements sexistes et toxiques (surtout si tu n’as pas essayé de les déconstruire). Parce que tu les appris. Que ce soit ton père qui t’a dit que “un homme, ça ne pleure pas”, les pubs où, parce que tu achètes une voiture, tu peux pécho, ces centaines de films où la femme est sauvée par un homme, par l’homophobie que tu as vécu et/ou reproduit, par ce que tu as dit/entendu de tes potes sur telle meuf qui aime bien baiser… La société entière te montre que ce qui est typiquement considéré comme propre à la féminité (être attiré par les hommes, le rose, la douceur/délicatesse, pleurer, s’assoir les jambes croisées et encore des centaines de millions de choses dont il est très difficile de prendre conscience en réalité) c’est moins bien ce qui est considéré comme propre à la virilité (la force, le courage, le pouvoir etc). Donc tu te conformes à ces stéréotypes genrés, au moins partiellement, sans t’en rendre compte. Tout comme tu attends des femmes qu’elles répondent aux impératifs de la société (épilation, virginité, sens de la mesure, proportions physique…)

Peut  être que si tu avais été assigné d’un autre genre à la naissance, tu n’aurais jamais joué au foot et tant aimé ça. Tu ne serais pas devenu haut placé dans ton entreprise, ou tu ne te serais jamais orienté vers l’agriculture, ou tu n’aurais jamais fait une fac d’informatique (ou encore une liste infinie d’exemples) 

Oui, ton genre, tu ne l’as pas choisi, mais il te place en position de privilège. Je ne dis pas que ta vie est plus facile que la mienne (il y a beaucoup d’autres facteurs à prendre en compte que le genre , évidemment), simplement que nous avons des positions différentes dans la société. 

Non dire cela, ce n’est pas “créer des cases alors que nous sommes toustes semblables au fond”. C’est partir de faits, d’une réalité de société, pour ensuite pouvoir tendre vers quelque chose d’idéal. Faire semblant que nous avons toustes la même place dans la société parce qu’on voudrait que ce soit le cas, ça n’aide pas la cause. Nous avons besoin de comprendre ces rôles si précisément définis que le patriarcat a créé (“homme” et “femme”). 

Mais qu’est ce que c’est que ce privilège ?

Quelques exemples :

 Ta parole sera toujours plus prise en considération que la mienne. Tu ne changeras pas de trottoir le soir, de peur de te faire suivre. On te prendra au sérieux chez le médecin quand tu diras que tu as mal quelque part. Tu pourras laisser tes poils pousser comme tu veux sans que ça soit un sujet de débat sur tout Twitter. Tu ne te méfieras pas de la personne avec qui tu parles sur Tinder. Tu n’auras pas peur de “coucher le premier soir”. Tu pourras te balader torse nu dans la rue sans risquer de te faire sexuellement harceler. Tu pourras aller sans crainte dans une boîte, la rue, un festival, voyager seul (bon, j’abuse, ça dépend aussi de la couleur de ta peau, de comment tu t’habilles, comment tu t’exprimes…).  La liste est infinie. 

Mais aussi, tu seras inclus dans le langage et l’imaginaire des gens. Là tout de suite, si je te dis d’imaginer quelqu’un dans un bureau, tu vas très probablement imaginer un homme. Grammaticalement, ton genre domine, et ce n’est pas du au hasard mais bel et bien à des choix académiciens. Et le langage, c’est super important puisque les mots définissent comment on pense les choses. 

C’est pour ça que tu n’es pas légitime, ni à m’expliquer le féminisme, ni à parler à ma place.

C’est peut être nouveau pour toi de ne pas être bienvenu dans un espace. Mais à cause de tous les comportements sexistes que tu reproduis inconsciemment, nous allons devoir vivre des moments de débats à l’intérieur même d’un espace destiné à notre lutte pour plus de droits. Parce que tu en auras forcément (ce n’est pas vraiment de ta faute à vrai dire) Et c’est fatiguant. 

Tu pourras avoir toute la bonne volonté du monde, tu pourras connaître et discuter avec autant de femmes que tu veux, tu ne sauras jamais ce que c’est d’être victime de la société patriarcale. C’est pour ça que les femmes et les personnes non cis seront toujours plus aptes à te dire ce qui est sexiste ou non. 

Alors, qu’est ce que tu peux faire Jonathan ? Qu’est ce que tu peux faire pour vraiment aider la cause féministe ? 

Apprends à écouter. Apprends à te taire. Ne parle pas à notre place, mais relaie notre parole. Renseigne toi. Ne remets pas en question ce qu’on te dit comme sexiste. Impose toi face aux propos de tes potes. Interroge toi sur tes comportements, apprends à être blessé parfois. (souvent, finalement, ça fait du bien de comprendre que nos comportements viennent de quelque part, et surtout, qu’on peut les changer)

J’espère que tu comprends mieux maintenant pourquoi je dis que MEN ARE TRASH. 

#YesAllJonathan <3

INSTANT DÉFINITION

cismec = homme cis

-> cis = cisgenre, personne qui s’identifie à son genre assigné à la naissance (inverse de personne transgenre)

Mélia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *