Non à l’expulsion du marais – Soutien à toutes les personnes exilées

[ Nous relayons ici le message de communication du Marais ]

RASSEMBLEMENT SAMEDI 14h – Château NON A L’EXPULSION DU MARAIS COMME DES AUTRES SQUATS DE L’HOSPITALITE – SOUTIEN A TOUTES LES PERSONNES EXILÉES

Photo de Sol Bouffay

Vous connaissez déjà le squat du Marais, lieu de vie de plus de 250 personnes avant que la menace d’expulsion devienne réelle depuis le 2 septembre, date de fin du commandement à quitter les lieux. Il y a quelques jours des informations ont circulé et ont confirmé la probable imminence de l’expulsion, ce qui a fait peur à une partie des habitant-e-s qui ont préféré fuir. Dans certains cas, ce sont des parents qui ont voulu protéger leurs enfants du stress qu’implique de rester sur place, notamment pour celles et ceux pour qui ce n’est pas la première expulsion. Entre l’humiliation produite par l’huissier qui vient annoncer aux habitant-e-s que le droit de propriété justifie de bafouer leur droit au logement, et la terreur que provoque la mise en œuvre de l’expulsion par un dispositif policier– qui dans le cas du Marais s’annonce être gigantesque –, comment ne pas considérer une expulsion comme quelque chose de fondamentalement violent ? D’autres part, pour les habitant-e-ciblé-e-s par une OQTF (Obligation de quitter le territoire français) ou une procédure Dublin, rester le jour de l’expulsion c’est prendre le risque d’être déporté-e ou mis-e en Centre de Rétention Administrative (CRA = prison pour migrant-e-s). Somme toute, c’est la répression policière dans son caractère inéluctable et terrorisant qui a déjà mis ces gens à la rue ! D’autant plus que les habitant.e.s n’attendent même pas de relogement temporaire comme l’est légalement obligé l’Etat, puisque dernièrement il n’offre pas mieux que quelques nuits d’hôtels à l’autre bout du département.

Photo : Mélia

Que dire d’une telle ambiance pour les enfants en pleine rentrée scolaire ! Beaucoup d’habitant.e.s du Marais ont ainsi préféré « se cacher dans la rue » car ils et elles ne voyaient pas d’autres solutions, préférant la précarité extrême à la répression ou déportation. Rappelons qu’il y a quelques mois à Lille, dans le squat 5 étoiles, ce sont près de 200 exilé-e-s qui se faisaient ainsi expulser et 35 rafler. Nous militant-e-s et soutiens, pour qui le Marais est aussi un lieu de vie et d’organisation, nous le défendons pour nous opposer à cet Etat sans pitié et par solidarité avec les habitant-e-s qui attendent de connaître le sort de leur unique maison. Nous portons ainsi la voix des habitants contraints de fuir. Et s’il n’y a qu’une infime chance de garder le Marais nous luttons pour la saisir, tout d’abord pour donner un toit à nos ami-e-s exilé-e-s, mais aussi pour contrarier les plans d’ENGIE, qui expulse pour pouvoir vendre son terrain.

A ce titre, nous appelons tous les réseaux, des syndicalistes aux gilets jaunes, des associations aux structures culturelles, les collectifs et individualités résistantes, travailleur.se.s sociaux ou militant.e.s, aux signataires de la lettre ouverte au préfet, à diffuser cet appel et à venir, ne serait-ce qu’une seule fois dans la semaine, à 5h30 au Marais pour occuper les lieux et montrer notre opposition à cette expulsion.

Nous appelons aussi à un rassemblement samedi 7 septembre à 14H devant le Château de Caen VENEZ NOMBREUX.SES !

PS : le rdv à 18h devant la préfecture le jour de l’expulsion est maintenu

Photo : Mélia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *