Découverte du Football Populaire de Caen

 Il fait beau ce Dimanche 25 août, comme souvent à Caen.

Sur la pelouse du stade de la Pomme d’Or, situé dans le quartier populaire de La Grâce de Dieu à Caen, passes, conduites de balle, conseils et entraide sont au rendez-vous comme chaque dimanche. Chacun.e choisit sa manière de progresser, faire progresser l’autre et surtout, passer un bon moment.

Ensemble et dans la bonne humeur,  iels participent au Football Populaire de Caen.

Se réapproprier le sport et la ville

Lancé en Juin par des étudiant.e.s de Caen, le Football Populaire fait se côtoyer des univers divers et variés. On y croise donc des étudiant.e.s , mais aussi des lycéen.ne.s, des enfants, des travailleur.euse.s. Iels ne se connaissent pas toustes, mais viennent partager ensemble un moment qui les unit. Il y a celles et ceux qui ont joué en club par le passé, d’autres qui n’ont quasiment jamais joué au football, fâché.e.s par les cours d’EPS trop classiques et qui souhaitent renouer un lien avec le sport. Il y a aussi celles et ceux qui viennent par simple curiosité, ou pour y retrouver des ami.e.s.

A l’opposé d’un sport ultra-médiatisé, véritable vitrine de la compétition de nos sociétés et où l’argent coule à flot, le Football Populaire sort de cette logique compétitive, comme le laisse entendre sa bannière : « Le plus beau but est une passe ». Les buts ne comptent pas, les équipes sont rééquilibrées au besoin, on s’efforce de faire progresser tout le monde et de passer un bon moment. Retrouver l’essence du football dans sa pratique.

« Nous souhaitons déconstruire l’image moderne négative du football et montrer que la compétition n’est pas obligatoirement un moteur. Nous lui préférons l’entraide et le plaisir. Tous les dimanches ce ne sont pas les buts que nous comptons mais le plaisir de jouer. »

La charte du FPC

Quant à l’organisation, elle est faite en autogestion : une collecte a été mise en place pour pouvoir acheter le matériel de base, les AG sont ouvertes à toustes, chacun.e est libre de proposer de nouvelles idées, les décisions sont prises collectivement.

Le Football Populaire s’inscrit aussi dans l’espace de la ville, ses terrains et ses espaces désertés l’été. Au départ à la Vallée des Jardins puis au Squat du Marais  le temps de trouver ses marques et ses adeptes, le FPC a fait le choix s’établir chaque mois dans un quartier populaire différent : au mois de juillet le quartier du port (rue basse), au mois d’août la Grâce de Dieu. Septembre verra un autre quartier accueillir le club.

Le fait de se déplacer chaque mois permet également aux joueurs et joueuses régulier.e.s de découvrir de nouveaux lieux de la ville et de l’occuper pendant plusieurs dimanches de suite. Ainsi, iels ont l’occasion de créer des liens avec ces espaces et ses habitant.e.s et participer à la vie du quartier. Sur un terrain comme dans un parking, en crampons ou même pieds nus, rien ne vient perturber ces instants de jeu et de complicité.

Se réapproprier l’espace et le sport, avec les habitant.e.s et les pratiquant.e.s, tel est le but du club. 

Le Football Populaire de Caen – Quartier de la Grâce de Dieu

Un club Militant

Le club va au-delà de l’aspect sportif et se défini comme anticapitaliste, antisexiste, antifasciste. Le club se veut ouvert à toustes et s’organise pour que quiconque souhaite jouer au football puisse le faire dans un climat agréable, sans distinctions de genre, de sexe, d’origine ethnique ou sociale, ainsi que de niveau de pratique.

Le FPC l’explique dans sa charte : « Le Football Populaire de Caen se veut comme un véritable lieu d’émancipation collective où peuvent se rencontrer, autour d’un ballon, des personnes qui habituellement ne se croisent jamais. […] Tissons du lien social, réapproprions nous l’espace public, construisons une éducation populaire ! »

Le FPC fera également une session supplémentaire au squat du Marais le Samedi 31 août, en plus de la session classique du dimanche,  lors d’un week-end festif qui sera peut être le dernier du lieu. En effet, ce squat qui accueille 250 migrant.e.s dont une cinquantaine d’enfants, ouvert depuis avril 2018, est expulsable à partir du lundi 2 septembre. Lieu d’accueil et de convergence des luttes, le Marais est un lieu à part comme nous l’évoquions dans un précédent article “Les illusions d’un enfant du squat”.

Match au squat du Marais

Le football Populaire en France

Ces dernières années, des clubs de foot populaire fleurissent à divers endroits en France. C’est le cas par exemple de Montpellier avec le Football du Peuple créé en 2013. Au départ pratiqué par des étudiant.e.s, ce football populaire a été rejoint par des réfugié.e.s. En lien avec différentes associations, le club permet de passer des moments de rencontre qui permettent de créer du lien social.

 Tout comme le Football Populaire de Caen, le Football Du Peuple de Montpellier lutte contre toute forme de discriminations et s’autogère dans l’organisation comme sur le terrain avec par exemple l’auto-arbitrage.

A Lyon, « les débuteuses »  forment une équipe féministe et militante ayant pour but de s’émanciper d’un sport patriarcal.  

Le MFC1871, club de Football Populaire de Mesnil-Montant, (qui rend hommage à la commune de Paris par sa date) se base lui aussi sur l’autogestion d’un quartier populaire en phase de gentrification.

Plus localement, l’Etoile Rouge de Granville est un club populaire omnisport qui regroupe du football, du basket et d’autres activités comme le béret ou encore la course en sac.

Les prochains rendez-vous du Football Populaire de Caen

Le Football Populaire de Caen se jouera au Marais (5 rue du Marais) le samedi 31 août à 14h.

Le dimanche 1er septembre, une AG ouverte à toustes sera organisée ainsi que la traditionnelle session du dimanche, à 14h au Stade de la Pomme d’Or à la Grâce de Dieu.

Puis tous les dimanches de l’année à 14h.

Pour suivre le FPC

Sur Facebook : https://www.facebook.com/footballpopulairedecaen/

Vous pouvez également venir à une session et vous ajouter à la liste de contacts SMS pour être prévenu.e chaque semaine du lieu et de l’horaire de la prochaine séance.

Pour aller plus loin

Rugir vous conseille le livre « Une histoire populaire du Football » de Mickaël CORREIRA aux éditions La Découverte qui montre que le Football n’est pas qu’un sport business, qu’il a contribué à des luttes féministe, ouvrière, anticoloniale et contestataire dans le monde entier depuis sa création.

Louise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *